Archives de Catégorie: Duflot-rilège

Après l’éthylotest obligatoire, voici l’éthylotest dangereux et pollueur…

Un produit très toxique découvert dans les millions d’éthylotests en circulation que nous sommes obligés d’acheter et d’avoir dans nos véhicules sous peine d’amende. Décidément, pour ce qui est de se foutre du monde, nous aurons tout vu. Il fallait l’éthyloser…  Mais, je vous le demande, que font les écologistes zélés ????

Info Midi Libre :

« Après la rupture de stock et la polémique sur sa fiabilité, voilà le dichromate de potassium, « un produit très toxique« , pointe Chantal Perrichon, présidente de la Ligue contre la violence routière. « De plus, rien n’a été prévu pour récupérer les millions éthylotests usagés ou périmés chaque année ».

Coprésident de Contralco, leader en France sur le marché basé à Gignac (Hérault), Éric Condesse rétorque : « Ce produit n’est pas interdit. Il est en très faible quantité et nous cherchons à le remplacer.  De plus, les éléments d’information sont depuis des semaines à disposition des associations auprès de la direction à la sécurité et à la circulation routière qui travaille en lien direct avec les ministères de l’Intérieur, de la Santé et de l’Environnement. Cet aspect n’a donc pas du leur échapper au moment où la commission parlementaire de 2011 a soumis ses propositions au gouvernement et à monsieur Jean-Luc Nevache (NDLR délégué à la sécurité routière à l’époque). Nous n’avons pas attendu les associations d’usagers ».

Il précise aussi que la validité de l’éthylotest est bien de deux ans (ça en fait des millions à traiter dans les déchetteries) et que « chacun est testé durant 6 à 8 semaines en étuve à température constante de 60 °C », soit au-delà des conditions extrêmes, été comme hiver. Quant à la température d’utilisation de l’éthylotest, précise Éric Condesse, le législateur n’a pas « obligé » le conducteur à se tester au volant de son véhicule, il est « autorisé » à le faire à l’extérieur ou au sortir de l’endroit où il a consommé de l’alcool. »

Publicités

Vous recherchez un studio à Montpellier ?

Méfiance…. De plus en plus de propriétaires voyous se servent des failles la loi pour ne pas rendre les cautions, et je ne peux que vous conseiller vivement de ne pas payer votre dernier mois de loyer si vous souhaitez ne pas perdre votre argent. Je vous dis ceci par précaution, car on ne sait jamais à qui l’on a à faire. Voici toute l’histoire :

Notre fils louait un petit studio au RDC à la Valsière, commune de Grabels, loué par la S.C.I Chimère (ça ne s’invente pas)… vaut mieux black-lister, pour un peu moins de vingt mètres carrés donnant sur un petit passage fréquenté, donc difficile d’ouvrir la fenêtre si vous voulez avoir un peu de tranquillité. Il l’a quitté pour une surface trois fois plus grande avec mezzanine, plus un petit bout de terrasse et une place de stationnement juste devant, lumineux, dans un village calme à 5 minutes de chez nous et de son travail. Le rêve !

Notre fils a trouvé ce petit home par relation dans le milieu musical, et il a demandé à ses nouveaux propriétaires s’il pouvait verser la caution lorsqu’il aurait récupéré celle que lui doit son ancien bailleur. Ce qu’ils ont accepté sans problème, trop heureux d’avoir un locataire présenté par leurs enfants. Fort heureusement, car l’ex proprio n’entend pas du tout restituer cette caution, malgré un état des lieux parfaitement clean. J’ai d’ailleurs ouï qu’elle l’avait barré ???

J’attends de le voir exactement pour vous en dire plus, car je n’ai entendu cela qu’à midi, surveillez dans les commentaires ou revenez sur cet article si vous voulez davantage de précision. Et après avoir entendu l’Homme dire que c’était une pratique de plus en plus courante, j’ai cherché des infos (à consulter en dessous), et en effet plus d’un propriétaire sur trois ne restitue pas la caution.

J’ai envie de demander ce que les députés attendent pour modifier la loi, avec effet rétroactif, et imposer le remboursement le jour de la remise des clefs, et ce qu’ils vont nous servir comme excuse pour laisser spolier un peu plus les locataires. Mais c’est évident, tout ça va changer maintenant que Cécile Duflot s’en occupe !

« Plus d’un propriétaire sur trois ne rend pas le dépôt de garantie versé par le locataire lors de la signature du bail, ce qui en fait la première source de litige entre eux, selon les associations qui réclament une réforme de ce système de garantie.
Dans plus d’une location sur trois (37,50%), le dépôt de garantie n’est pas restitué par le propriétaire, d’après une enquête de la Confédération de la consommation, du logement et du cadre de vie (CLCV) rendue publique mercredi.
Cette situation « de plus en plus récurrente » pousse 30% des locataires concernés à effectuer ou à envisager un recours amiable ou judiciaire, selon la CLCV, qui pointe dans l’ensemble des « abus caractérisés ».
En outre, même si 52,50% des locataires récupèrent leur argent, seuls 10% d’entre eux reçoivent la totalité du montant déposé, d’après cette étude.
Son de cloche identique à la Confédération générale du Logement, une association de défense des locataires : « en 2009, le nombre de propriétaires qui ne restitue pas le dépôt de garantie est supérieur à un tiers d’après les courriers adressés à notre observatoire », a déclaré à l’AFP son président Michel Fréchet.
Selon lui, sur un millier de mails reçus par l’association, le non remboursement du dépôt de garantie était « de loin la principale préoccupation des locataires ».
Le dépôt de garantie sert à couvrir les éventuelles dégradations causées au logement par le locataire ou des manquements à ses obligations (payer son loyer ou ses charges, effectuer les réparations dites locatives).
« S’il y a une diminution ou un non remboursement du dépôt de garantie, c’est qu’il y a une dégradation des lieux, ou des charges à régulariser », fait valoir Jean Perrin, président de l’Union nationale de la propriété immobilière (UNPI), principale organisation de propriétaires bailleurs.
Mais un propriétaire sur quatre (28,70%) ne fournit aucune pièce justificative pour expliquer les retenues effectuées sur le dépôt de garantie, fait remarquer la CLCV.
Impayés de loyers, charges non régularisées, travaux, détérioration des lieux, non paiement de la taxe d’habitation ou de la taxe d’enlèvement des ordures ménagères sont essentiellement les raisons évoquées par les propriétaires pour expliquer ces retenues.
Autre grief, le dépôt de garantie, qui correspond à l’équivalent d’un mois de loyer hors charge depuis février 2008, est restitué hors délai dans quasiment un cas sur trois (31,87%), sans que le locataire soit indemnisé, selon la CLCV.
« Les bailleurs doivent attendre le décompte définitif des charges qui augmentent régulièrement », explique M. Perrin.
Pour le secrétaire d’Etat au Logement Benoist Apparu, le nouveau système de Garantie des risques locatifs (GRL), mis en place fin décembre pour prémunir les propriétaires contres des impayés de loyers, « réduira les conflits de remise en état des lieux et donc de restitution des dépôts de garantie ».
Jugeant « inadaptée » la GRL, qui est réservée aux loyers ne dépassant pas 2.000 euros, M. Perrin préconise la mise en place d’une grille de travaux et un « état des lieux trois semaines avant le départ du locataire » pour éviter tout conflit.
De leur côté, la CLCV et la Confédération générale réclament un système qui ne reposerait plus sur la « seule diligence du propriétaire qui a l’argent en sa possession ».
« Le propriétaire doit fournir des factures ou des contrats attestant qu’il a réalisé des travaux de réparation », avance David Rodrigues, juriste à la CLCV.

Source ici

Les chaises musicales au PS (et Du-flot qui lèse)

Il y a de quoi s’étonner de cette kyrielle de postes accordés aux « Verts » (et pas au « Front de Gauche »), au vu du score calamiteux de ce parti aux présidentielles,  et je comprends tout à fait la démarche des candidats qui ne veulent pas servir de chaises musicales… 

Mais ça me rappelle quelque chose… En fait, c’est comme au Régionalistan où le PS pratique également la « politique de la terre brûlée » sur son personnel. C’est un peu comme de passer du roundup pour préparer le terrain aux OGM ou de se servir des abeilles tueuses pour faire le sale boulot… Ce qui revient à dire aussi en bon français « tu ne m’intéresse plus » ou « tu as fini de me servir » ou « j’ai des personnes plus utiles que toi à placer »… alors dégage (je fais ce que je dis et je dis ce que je fais) !!! 

Mais ce qui est très contestable, c’est que cette habitude de harcèlement et de dévalorisation pour arriver à ces fins rejaillit sur la santé. Les personnels victimes perdent toute confiance en leurs responsables en premier, ils ne voient pas le système destructeur qui est à l’oeuvre en amont. Ensuite cette dévalorisation installe la dépression. A ce titre là, le PS est une machine tueuse comme une autre… 

Je suis assez remontée en ce moment à cause de ce bipartisme qui squatte la vie politique en nous enfermant dans une fausse impression de démocratie où tout est bien sous contrôle. Mais nous ne sommes pas dupes, et le combat pour reprendre notre destin ne fait que commencer. Si faire de la politique revient à « écraser les autres », il va falloir que ça change ! 

Source : « Le conseil fédéral a outrepassé ses pouvoirs, il devra établir un nouveau scénario des candidatures aux législatives de juin 2012. » Par ces mots, Europe Ecologie – Les Verts a été condamné par le tribunal de grande instance de Paris à revoter les investitures dans les circonscriptions réservées « union de la gauche ». Ce référé, rendu ce vendredi 4 mai, et que Rue89 a pu consulter, est une mini-bombe dans le fonctionnement interne du parti. Le juge écrit :

« Le courant Envie a obtenu plus du quart des voix lors des élections organisées en novembre et décembre 2011 et le conseil fédéral ne leur a accordé qu’un sixième des investitures. »

Philippe Meirieu, le président du bureau exécutif du parti, a reconnu que ce jugement était « une vraie difficulté » et nous dit qu’il « voit mal comment échapper à un nouveau vote du conseil fédéral ».

Nouveau vote probable lundi

Justement, cette instance, qui est le parlement du parti, se réunit lundi au lendemain de l’élection du nouveau président de la République. L’ordre du jour, initialement consacré à la participation au gouvernement, sera donc logiquement chamboulé.

Sur les 63 circonscriptions réservées « union de la gauche », on estime qu’une vingtaine sont gagnables. Or, le courant Maintenant, mené par Cécile Duflot, s’en est attribué plus que son poids réel mesuré lors d’un vote en novembre dernier.

Parmi les dix-sept personnes qui ont saisi la justice en leur nom propre (et non au nom de leur courant), Silvain Pastor, militant dans le Gard depuis quinze ans et qui n’a pas été investi aux législatives, nous explique sa démarche :

« On avait prévenu la direction que s’ils nous écrasaient, cette fois on ne se laisserait pas faire. C’est un abus de pouvoir délibéré, du clientélisme de la part d’une direction qui a trop promis de postes à trop de gens et qui, du coup, est obligée d’écraser les minorités pour récompenser les fidélités. »

Le courant Envie, à la gauche du parti, s’était opposé à l’accord avec le parti socialiste. Ce qui ne l’empêche pas de vouloir présenter des candidats à hauteur de son poids dans le parti. »