Archives mensuelles : juillet 2012

Siège de La Rochelle

C’est un poème bien écrit que je viens de trouver dans ma boite mail, d’un auteur inconnu. Il faut dire que je n’ai pas vraiment le temps de produire moi-même du texte, partagée que je suis entre la chaleur, la finition de divers travaux d’aiguilles commencés que je voudrais bien voir achevés, mais pas seulement…

Il y a aussi du Rock dans l’air, la tornade est pour cette fin de semaine. Alors bon week-end à tous !

Siège de la Rochelle par Ségolène Royal – 2012

Près du vieux port antique, dans cette cité fameuse
Se livrait sous nos yeux, une bataille glorieuse
Ces murs avaient connu, le siège de Richelieu
Venu prendre la ville, reparti victorieux

Les siècles sont passés, Mais cette cité fière
Présente sans trembler, son visage à la mer.
Mais celle qui aujourd’hui, rêve de la faire tomber
Pilotée de Paris, est venue de Poitiers

Elle se croyait sans doute, dans un terrain conquis
Qu’elle arriva certaine, de gagner la partie
Mais c’était sans compter, sur sa capacité
A perdre tous les combats, qu’elle crut toujours gagnés

Sans compter également, sur l’homme qui terré
Dans les ruelles étroites, de sa ville tant aimée
Regardait amusé, Royal parachutée
Savait bien que ici, elle allait s’écraser

Avec un grand panache, celui de l’insouciance
Falorni attendait, l’heure de la résistance
Ramassa le drapeau et le leva bien haut
La bataille commençait contre Solférino

Drapeau de son courage, et couleurs de l’honneur
C’est sous ce bel ombrage, qu’il sortira vainqueur
Face aux déracinés, qui d’orgueil boursouflés
Considèrent les français, dénués de fierté

Rendant ainsi hommage, aux héros du passé
Qui à travers les âges, et désintéressés
Combattirent sans relâche, les plus odieux outrages
Falorni décida, d’écouter les suffrages

Et le déferlement, des momies du parti
Commença aussitôt,dans le plus grand mépris
Et c’est par trains entiers, que nos chers oligarques
Gonflés de suffisance, à la Rochelle débarquent

Les ennemis d’hier, qui jadis l’insultaient
En cortège mortuaire, à son secours volaient.
Même le président, le père de ses enfants
Soutenait cette intruse, dans un ultime élan

Mais dans l’ombre dorée, de son immense palais
La favorite aimée, sa vengeance préparait.
Elle voulait achever, sa rivale blessée
Celle qui avait osé, avant elle l’aimer.

D’un message ravageur, elle sonna le signal
Du début prometteur de la curée royale.
Nous révélant ainsi, qu’en France désormais
C’est bien au fond des lits, qu’on dirige les français.

Cette gauche si normale, qui n’a jamais cessé
De nous faire la morale, de vanter sa pureté
Montre qu’elle sait maintenant, se gaver de caviar
Tout en nous dirigeant, du fond de son plumard

Falorni mon héros, dresse toi sur tes pieds
Contre tous ces bobos, et ces déracinés
Écrase cette migratrice, qui rêvait du perchoir
Et bats cette amatrice, vas chercher ta victoire.

Et dimanche soir prochain, à travers le pays
S’élèvera enfin, de la France un grand cri
Celui du soulagement, et de la gratitude
On dira tes louanges, ton immense « bravitude ».

Tu auras eu la peau, de celle qui croyait
Qu’en la faisant tirer, elle tromperait les français
Ta gloire sera si grande, que pour toi s’ouvrira
Le chemin du pouvoir, qu’elle ne méritait pas.

Auteur anonyme (et il y a de quoi le comprendre)

Publicités

Une histoire de linge sale et de continuité dans le changement…

Nous avions l’habitude des turpitudes sarkoziennes (EPAD entre autres), nous voilà avec le grand déballage hollandais, ça tombe bien, nous aurons de quoi jaser pendant quelques mois au café du commerce et sur le Web !

En d’autres temps, la gauche nous amuserait sur les chaînes télés pour nous expliquer en long, en large, et en travers, qu’on ne parle pas des vrais dossiers pendant qu’on lave son linge sale en public, Etc…. 

Que voulez-vous, le monde change mais les hommes n’évoluent pas dans le bon sens, ils ne savent plus rester à leur place !

Info Midi Libre :

Thomas Hollande, fils aîné du chef de l’État, considère que Valérie Trierweiler, la compagne de son père, « a détruit l’image normale » qu’avait « construite » François Hollande, par son tweet de soutien à l’adversaire aux législatives de Ségolène Royal à La Rochelle.

Dans son édition datée du 12 juillet, l’hebdomadaire Le Point relate une conversation avec Thomas Hollande, dans laquelle il évoque le tweet de Valérie Trierweiler encourageant dans l’entre-deux-tours Olivier Falorni, le dissident PS qui était opposé à Ségolène Royal, la mère des quatre enfants du président. « Ce que je reproche au tweet, c’est d’avoir fait basculer la vie privée dans la vie publique », dit le jeune avocat de 27 ans. « Ca m’a fait de la peine pour mon père, il déteste tellement que l’on parle de sa vie privée. Ça a détruit l’image normale qu’il avait construite », ajoute-t-il.

Durant la campagne présidentielle, François Hollande a promis d’être « un président normal ». Selon l’hebdomadaire, Thomas Hollande décrit un François Hollande « ahuri » par le tweet de sa compagne. « Je savais que quelque chose pouvait venir d’elle un jour, mais pas un si gros coup. C’est hallucinant », poursuit le fils aîné du président, qui comme son frère et ses soeurs ne veut plus voir la journaliste. « C’est logique non ?, et puis ce qui compte, c’est qu’on normalise les relations avec notre père », explique-t-il.

Il a dîné en tête-à-tête avec ce dernier qui lui a demandé de « ne pas alimenter le feuilleton ». En retour, assure l’hebdomadaire, François Hollande a promis qu’il s’exprimerait sur le tweet et clarifierait le rôle de la première dame. A ce propos dans l’entourage du président, on estimait mardi probable que le chef de l’État réponde à des questions sur ce sujet lors de son interview télévisée du 14 juillet.

Pour Thomas Hollande, la situation actuelle « est un facteur d’instabilité… soit elle est journaliste, soit elle a un cabinet à l’Élysée ». « Et surtout, ajoute-t-il, pas de deuxième tweet ! ». Interrogé sur l’avenir politique de Ségolène Royal, il répond: « ministre, pourquoi pas, dans quelques mois: en politique, on n’est jamais mort ».

Après l’éthylotest obligatoire, voici l’éthylotest dangereux et pollueur…

Un produit très toxique découvert dans les millions d’éthylotests en circulation que nous sommes obligés d’acheter et d’avoir dans nos véhicules sous peine d’amende. Décidément, pour ce qui est de se foutre du monde, nous aurons tout vu. Il fallait l’éthyloser…  Mais, je vous le demande, que font les écologistes zélés ????

Info Midi Libre :

« Après la rupture de stock et la polémique sur sa fiabilité, voilà le dichromate de potassium, « un produit très toxique« , pointe Chantal Perrichon, présidente de la Ligue contre la violence routière. « De plus, rien n’a été prévu pour récupérer les millions éthylotests usagés ou périmés chaque année ».

Coprésident de Contralco, leader en France sur le marché basé à Gignac (Hérault), Éric Condesse rétorque : « Ce produit n’est pas interdit. Il est en très faible quantité et nous cherchons à le remplacer.  De plus, les éléments d’information sont depuis des semaines à disposition des associations auprès de la direction à la sécurité et à la circulation routière qui travaille en lien direct avec les ministères de l’Intérieur, de la Santé et de l’Environnement. Cet aspect n’a donc pas du leur échapper au moment où la commission parlementaire de 2011 a soumis ses propositions au gouvernement et à monsieur Jean-Luc Nevache (NDLR délégué à la sécurité routière à l’époque). Nous n’avons pas attendu les associations d’usagers ».

Il précise aussi que la validité de l’éthylotest est bien de deux ans (ça en fait des millions à traiter dans les déchetteries) et que « chacun est testé durant 6 à 8 semaines en étuve à température constante de 60 °C », soit au-delà des conditions extrêmes, été comme hiver. Quant à la température d’utilisation de l’éthylotest, précise Éric Condesse, le législateur n’a pas « obligé » le conducteur à se tester au volant de son véhicule, il est « autorisé » à le faire à l’extérieur ou au sortir de l’endroit où il a consommé de l’alcool. »